bandeau d'en-tête

luebo

Cette fois, prise par mille et une choses, Isabelle m’a cédé la plume. J’en profite pour vous partager en trois temps notre cheminement, un mot pour dire le temps qui passe, ensuite un appel et enfin quelques prospectives. 
L’année dernière a marqué le 10ème anniversaire de la création de « Luebo-sur-Ourthe » : une vision, des rêves, des projets, des rencontres, des fêtes, des écueils, des ratés, des réussites, des perspectives aussi, des sourires parfois, avec de temps à autre des amertumes, ont nourri nos rencontres, nos réunions ou nos chemins.
« Dieu à l’œuvre dans nos vies ». Le cheminement, pour témoigner par nos actions notre amour, notre solidarité et notre attachement aux valeurs de l’évangile, devrait nous conduire à découvrir que « souvent dans nos prières, en demandant l’accomplissement de ce que nous estimons bon pour nous, et nous obstinant dans notre requête, violentant sottement la volonté de Dieu, sans nous en remettre à Lui pour qu’il ordonne lui-même ce qu’il sait nous être utile ; et pourtant, la chose reçue, grande est parfois notre déception de n’avoir pas demandé plutôt l’accomplissement de Sa volonté, d’avoir demandé de préférence l’accomplissement de notre vouloir (Évagre le Pontique).
Ainsi, pour tout ce que vous nous avez témoigné durant ces 10 années, tout ce que vous avez fait aux « plus petits de ses frères », c’est à Jésus que vous l’avez fait, et même pour un verre d’eau fraiche, un manuel scolaire, une caisse à banane, un ballon de foot, un vélo ou son accessoire, un marteau, tournevis, pince, tenaille, temps consacré, une boite de médicament, un pot pour l’artemisia ou un plan cultivé, une prière, …, d’après Jésus, vous ne perdrez pas votre récompense. (Matthieu 10,42).
« La moisson est abondante, mais les ouvriers peu nombreux ». Dans la Vallée de l’Ourthe et sur les coteaux de Kaluebo, cette parole nous concerne.
Non seulement nos équipes ont besoin de grandir, en quantité et surtout en qualité, mais cet appel est aussi d’une brulante actualité. Prions donc le Maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson. (Mt.9,38). C'est que Jésus a pour nous un amour si incompréhensible qu'il veut que nous ayons part avec lui au salut des âmes. Il ne veut rien faire sans nous. (Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus)
Avec l’avènement du covid-19, devenons inventifs pour que notre solidarité ne soit pas mise en confinement. Alors que nous avons choisi d’aider les gens à se prendre en charge, pour leur développement intégral, sur notre site web dernièrement, il nous a été rapporté les réactions diverses, de la population de Luebo et Ndjoko Punda, lors de la distribution d’argent par un organisme mondialement connu, qui est censé assurer la sécurité alimentaire.  La joie de recevoir est naturelle et compréhensible pour certains. Mais les autres disent : « nous n’en voulons pas », leur argent ne nous permet pas de nous développer ». Au même moment, lors des inondations en début de cette année à Luebo, quand Isabelle a demandé à André, le coordinateur, s’il fallait apporter un soutien « direct », il a dit : « non, certaines équipes commencent vraiment à bien comprendre l’esprit de l’association, il ne faut pas briser cet élan ».  
lueboEnfin, « joie pour les cœurs qui cherchent Dieu » (Ps105), les prospectives, même incertaines, sont porteuses d’espérance. Ici, certaines de nos actions habituelles ne seront pas réalisées telles que le dîner africain ou la marche Adeps ; mais les énergies sont toujours déployées, pour préparer le prochain envoi vers Luebo. Et là, nous saluons le dynamisme de l’équipe coordinatrice qui parcourt des distances pour visiter, encourager, aider les apiculteurs, les agriculteurs, les membres des autres secteurs comme celui de la bibliothèque (oups, la seconde devra encore être installée), et la prison où le jeune Antoine nous étonne par son dévouement.

Tom Mussenge
Président de Luebo-sur-Ourthe. 
« Après nous, les autres chanteront des cantiques nouveaux, dans l’amour et le partage »