bandeau d'en-tête

Chers habitants de l’UP de la vallée de l’Ourthe,

Notre vallée, elle est encore plus belle ces jours-ci, quand le soleil vient la faire briller. Les couleurs d’automne, parfois, nous avons envie de les saisir sur photo car nous savons que ça ne dure pas. C’est comme les traces de Dieu dans nos vies, c’est discret, rempli de couleurs ; il faut les saisir au passage. C’est une invitation à nous émerveiller.

L’année liturgique s’achève avec la fête du Christ-Roi. Au prochain Catétous, nous aurons l’occasion de réfléchir sur quel roi nous voulons être, à la suite de Jésus. Jésus est un roi serviteur.
Nous aurons l’occasion d’accueillir des « catéchumènes », c’est-à-dire des adultes qui demandent à être baptisés. Ils frapperont à la porte de l’église et nous les accueillerons et tracerons sur eux le signe de la croix. Front, oreilles, yeux, bouche, cœur, épaules ! « Je vous marque tous du signe de la croix, +, afin que vous ayez la vie pour les siècles des siècles ».

Ce 2 décembre, nous entrons ainsi dans la période de l’Avent qui prépare à Noël . La naissance du Sauveur que nous célébrons chaque année, elle a été annoncée par les prophètes, désirée et attendue par tant de gens au cours de siècles. Cette attente et ce désir, il faut qu’ils s’actualisent en nous aussi. Noël arrivera de toute façon le 25 décembre ; mais nous, aurons-nous le cœur gonflé d’espérance ou replié sur lui-même ?

Nous allons nous mettre à l’écoute des écritures qui veulent nous communiquer la fièvre de cette attente décisive pour l’humanité. Nous allons répondre à l’interpellation de Jean-Baptiste et nous nous laisserons enseigner par le silence de Marie, la Vierge qui attend pour mettre au monde l’enfant promis.

Ce temps de l’Avent sera aussi pour nous l’occasion de raviver notre solidarité avec les démunis, notamment ceux qui viennent chercher refuge chez nous. Que nous puissions les accueillir en pensant : «Que vais-je pouvoir faire pour eux ? » plutôt que « On ne peut pas accueillir toute la misère du monde ».

Demandons toujours au Seigneur de nous inspirer ces gestes de fraternité et de partage. « Dieu seul est bon ! » disait Jésus. Ne jugeons personne : laissons le jugement à Dieu. Accueillons la bonne nouvelle de Noël : aujourd’hui vous est né un Sauveur.

Abbé Pascal Lecocq.