bandeau d'en-tête

Chers habitants de l’UP de la vallée de l’Ourthe,

DES VACANCES… POUR AIMER.

Chers amis, bientôt les vacances !
Partir en vacances…ou se mettre en vacances…
Tout le monde ne peut pas partir au loin mais chacun peut décider de se mettre en vacances.  Et si on en profitait pour …aimer !
« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toutes tes forces. Et tu aimeras ton prochain comme toi-même. »

Si on conjuguait le verbe « aimer » !
Les vacances sont une occasion privilégiée pour exercer notre cœur fait pour aimer.
Prendre le temps de faire une visite à une personne seule, partager une vraie conversation avec quelqu’un rencontré « par hasard », se rendre utile à quelqu’un, l’accompagner pour ses courses, partager un loisir, une promenade, venir en aide à quelqu’un dans le besoin, soutenir pour une démarche administrative, …
Voilà déjà quelques démarches qui donneront du poids à nos vacances. Les vacances nous procureront une satisfaction particulière si elles sont habitées par le souci de l’autre.

Tu aimeras ton prochain comme toi-même…
Prends donc soin de toi. Passe de temps avec toi. Prends conscience de ton existence.
« Il est donné à peu d’esprit de découvrir que les êtres et les choses existent » Simone Weil. Et à partir de là, redécouvrons la religion. Religare = relier.
Bertrand Vergely dans son livre « retour à l’émerveillement » la définit ainsi : « La religion est une vertu, la vertu de vivre religieusement les choses en reliant l’immanent au transcendant. On est religieux quand on a conscience de l’immense et que l’on se relie à cet immense. On fait alors l’expérience de ce qui va de l’intime à l’immense et de l’immense à l’intime ». (p. 49)
« Penser consiste à prendre conscience du miracle d’exister, à vivre avec la conscience d’un tel miracle, à juger des choses et des situations, des hommes, de l’existence, à l’aune d’une telle conscience. Penser consiste à faire l’expérience de ce qui nous relie à l’infini, de ce qui va de l’intime à l’immense, de ce qui part du ventre afin d’aller dans les étoiles ». (p. 63)

des vacances pour aimer

Cet été, pour exercer cette aptitude à penser, investissons l’espace religieux.
« En vacances, nous visitons toutes les églises que nous rencontrons ».
Et si cet été, nous dirigions nos pas vers nos églises pour les découvrir à nouveau, quand il n’y a « personne ». Se mettre en route pour découvrir la présence qui nous habite.

Cet été, nous ouvrons la crypte de l’église d’Esneux de  8h à 20h environ.
Vous pourrez y prendre la fraicheur. Vous pourrez y prier : une bougie allumée vous y invite. Vous trouverez quelques textes pour soutenir votre envol. Pourquoi ne pas apporter une fleur, venir habiter l’espace ? N’avez-vous pas en vous un merci qui veut s’exprimer ?
Ou un poids sur le cœur à déposer dans le cœur divin ? Ou encore vous accorder à la présence qui habite le lieu ?
Demeurer un moment dans une crypte, c’est renouer avec nos racines. Redécouvrons la valeur du silence dans nos vies. « Chaque atome de silence est la chance d’un fruit mûr »
affirme le poète Paul Eluard.

Savez-vous que l’église de Hony est toujours ouverte ?
Egalement celle de Poulseur… et la chapelle de l’abbaye de Brialmont
Et celle de Comblain s’ouvre avec le marché du jeudi.
Nous serons ainsi sur le chemin pour aimer Dieu de tout notre cœur.
Je vous souhaite de belles vacances qui s’accorderont avec votre intériorité.

Abbé Pascal Lecocq.